menu

1320. Pour une nouvelle poétrique

 

Le livre de Jules Vipaldo est aujourd’hui accessible. C’est une sorte d’empoignade France-Belgique qui doit son titre au pamphlet de Baudelaire et sa matière aux sérieux des poètes contemporains. Tous les noms ne sont pas ciblés, mais toutes les cibles sont nommées. Poète, tu vas grincer des dents ! (Tu sens déjà des pieds.)

Tire au Prigent et verve again !

Je ne l’ai pas assez dit, par discrétion d’abord, prêt à donner aujourd’hui de la voix : Pauvre Baudelaire est un pamphlet vachard contre la poésie contemporaine/ ses poètes surtout. On reconnaît certains vivants très nettement et, plus nettement, les déjà morts vivants.

Les poètes qui ont encore des dents prendront le risque de le lire. Les poètes appareillés ménageront leur denture et devront se résoudre à mourir comme ils ont vécu : idiots et tristement.

(L’œil effaré saute hors de son orbite.)

 

[Extraits bonus]

Extrait Bonus1_Pauvre Baudelaire_Jules Vipaldo

Extrait Bonus2_Pauvre Baudelaire–Jules Vipaldo

One Reply to “1320. Pour une nouvelle poétrique”

  1. php dit :

    J’ai enfilé (pardon) édité pour Téci Laurent Saltino, c’était le titre « Papier peint » qui traitait du blanc seing, heurt d’un sujet parallèle au sien, mais au coin d’un miroir détourné ; dans la mire on dit aussi rétroviseur sinon que flouté. (Ne cherchez pas d’où provient la voix off : le coucou a ses manières afin de détourner le curieux, et l’importune itou.) Sans chercher la déteinte alors que tirer laligne est tentant, on fera court. Bref, sans pour autant tremper l’effet teuf de l’œil craquelé dans un copain, vu de dos si je plussoie droit dans la narine un doigt au tarbouif de l’auteur admis, c’est que ce groin âpre a dûment agréé près le promis décrotté un défi nuancé au bout du bras, un fist qu’on s[@]igne en enfilant l’âne au poids. (Ne pas prendre l’aqueux pour une pompe murale à bras !) En revanche, ici évidemment c’est un direct express aux petits bobos de l’air du temps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *