menu

1325. Les contraintes du cockpit

Le lecteur est parfois condamné à mourir deux fois. Une première fois par étouffement, brassé dans son yaourt ; une deuxième fois par écrasement frontal (« Tu vas ouvrir cette porte, Lubitz ! »).

Plongeons les lecteurs dans le yaourt et l’onctuosité. Racontons-leur la belle histoire du gilet de sauvetage. Même à haute altitude, ça marche toujours.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *