menu

808.

Dans la surabondance, le croiriez-vous, pas miette d’un manuscrit vaillant. Nous recevons de temps à autre des livres honnêtes et publiables par des institutions de bienfaisance. Mais pour nous, rien. C’est non. Les bluettes, les adolescences délicates, les amours qui finissent et celles qui commencent, l’alcoolisme soluble dans la littérature, les drogues et dragues de toutes catégories, létales, légales, porteuses ou assistées ne nous intéressent pas. Les questionnements sur Dieu pourraient nous plaire à condition qu’ils soient écrits par Dieu lui m’aime. Nos goûts sont affichés : Handschin, Bernard, Albarracin, Caraco ou Girard. À moins, c’est non. Proust : Oui. Et Cervantès : D’accord ! Nous honnissons pas dessus tout les naturistes du minimal qui nous imposent leur feuille de lierre collée sur leur trop visible platitude.

C’est le prix à payer pour faire carrière dans nos cartons.

3 Replies to “808.”

  1. L'autre dit :

    Il faudrait pouvoir créer un espace numérique ouvert, raccordé aux autres, dans lequel tu puisses créer
    toi-même en ouverture, car l’écriture en ouverture est la seule qui puisse permettre de sortir de soi, ce n’est pas de la solitude dont nous avons besoin, ce n’est pas de pages, ni de portes, ni
    de murs, nous avons besoin de singularité,  et la singularité n’a pas à craindre de sortir de la page, nous sommes enfermés dans les pages, fixés dans
    la linéarité, la revolution c’est pas le fragment, dans le même, personne ne l’entend, la langue, le corps, le numérique nous amène autre part, il ne s’agit pas de reproduire des pages, c’est
    tout autre chose, c’est une nouvelle façon d’écrire et de vivre.

  2. L'autre dit :

    Et par
    cette route à l’intérieur fantastique, battant la chance à la vitesse des forces, jusqu’aux extrémités de l’os
    .

  3. David Marsac dit :

    Nous honnissons pas dessus tout les naturistes du minimal
    qui nous imposent leur feuille de lierre collée sur leur trop visible platitude.

     

    JO-LI ! dommage qu’elle soit de moi…

Comments are closed.