menu

54.

Quel bonheur de découvrir (en 399 secondes) un écrivain capable de raviver mon enthousiasme pacifié pour la littérature dans le même temps qu’il atténue le dur chagrin, à peine brouillé par un masque d’ennui, d’avoir à déclasser un écrivain aimé depuis longtemps et qui, par voie de conséquence, prend place au râtelier de mes amours défuntes.

C’est chiadé, se dit David Marsac après des jours passés à s’enrhumer à la fenêtre en attendant le retour de Balzac.

– Mais l’élu de ton cœur ?

 

Fabrice Melquiot, poète et dramaturge.