menu

1259.

La fiction, c’est la mort meilleure.

Le cliché paie – juste ce qu’il faut d’étrange familiarité pour donner l’impression d’une langue nouvelle et, pour certains, je l’admets volontiers, ce qu’il faut de talent pacifié.

Après des décennies à émarger dans les périphéries plus ou moins réfractaires, la nouvelle génération des écrivains en vue est en place dans les starting-blocks, la voici prête à émerger, le cul en l’air, en route vers le podium, à peine désabusée de la quarantaine de sécurité que le monde littéraire lui a fait subir, la figure et le style rectifiés par les lumières de la cinquantaine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *