menu

1258.

La postérité fera le tri, romans, poèmes, drames inutiles, mais qu’allons-nous faire de cette montagne de déchets ?

Passé un certain degré de précision, on devient moins sourcilleux à l’égard du langage, plus attentif à ses à-côtés. Il y a des gens que ça excite, de distinguer entre orgueil et vanité, jadis et naguère, voici et voilà, mesurant l’âne à son garrot. Pourquoi pas. Le monde manque de lexicographes et nous sommes tous des philologues allemands, des poux dans l’âme, quatre pieds et deux sabots.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *