menu

50.

J’aime beaucoup entendre les écrivains pétris de vieille rhétorique évoquer avec insistance la modestie de leurs écrits avant de s’effacer pudiquement derrière l’humble personne à laquelle la radio consacre une émission à l’heure d’écoute des fins lettrés.

(P.B. n’est pas l’un des moindres d’entre eux.)

 

La modestie, c’est bon pour les riches.

 

– L’humilité me fait chier ! hurlait David Marsac.